Actualités

31 mars 2017

La thérapie par la voix

|
Par Sabine Faraut
|
0 Commentaires

Les techniques de chant développées ces dernières décennies ont en commun une idée-force : la voix est une véritable énergie physique, mentale et spirituelle. Travaillée et utilisée comme il faut, notre voix est capable de nous recharger et, ainsi, de nous aider par exemple à gérer nos émotions, à trouver notre identité, à affronter nos peurs et même dans certains cas à réguler des maladies. Ce que toutes les traditions spirituelles expliquent et pratiquent depuis l’aube des temps, l’Occident le redécouvre au 20ème siècle.
En France, peu de thérapeutes proposent un travail sur la voix. Et c’est normal car il faut être à la fois soi-même chanteur, posséder une formation musicale et bénéficier d’une solide expérience psy. La majorité des chanteurs-thérapeutes ont donc mis au point leur propre technique. Voilà pourquoi il existe presque autant de méthodes que de praticiens. Voici les plus importantes.

La psychophonie 
Au début des années 60, après de longues recherches sur l’effet des sons sur le corps humain, Marie-Louise Aucher, cantatrice et pédagogue, crée la psychophonie. Elle est la première à utiliser la voix comme technique de connaissance de soi et de mieux-être, ainsi que comme procédé thérapeutique. Sa grande découverte : les vibrations de la voix se propagent dans le corps à travers le squelette, l’os étant un excellent conducteur du son. Elle établit ainsi une cartographie des correspondances entre les sons et les différentes parties du corps, avec leurs effets physiques et psychologiques.

Le chant harmonique
Au début des années 70, David Hykes, un musicien américain, met au point une technique particulière en s’inspirant du chant « diphonique » des traditions mongoles et tibétaines : à partir d’une note chantée, une certaine position de la langue par rapport au palais permet d’en émettre une seconde. Le résultat est stupéfiant : le chanteur ouvre la bouche, produit une série de notes graves qui est toujours la même et, en « surimpression », une série de notes aiguës, qui montent, descendent, rebondissent dans les intervalles. Après avoir fondé l’Harmonic Choir américain et le Chœur harmonique français, David Hykes développe son art en tant que méthode. Son travail est repris par quelques thérapeutes, notamment par Philippe Barraqué.

Méthode : Chantez maintenant 
En 1975, Iva Barthélémy, chanteuse lyrique, créer sa propre école. Engagée dans une belle carrière d’opéra, elle s’est retrouvée complètement aphone, victime d’un accident des cordes vocales. Pendant des années, elle a cherché les causes de son mal, travaillé, élaboré des exercices pour recouvrer ses capacités. Elle a découvert que produire un son nécessite l’intervention de près de 300 muscles, et a mis au point sa méthode, désormais base pour nombre de praticiens, qui peut compléter, d’un point de vue technique, celle de Marie-Louise Aucher.

L’« En-chanté »
Au milieu des années 80, Catherine Gaytte, chanteuse lyrique, est atteinte d’un cancer. Elle était condamnée et explique que le travail de la voix dans un but thérapeutique l’a sauvée. Renommée dans les milieux musicaux, elle désire partager son expérience et ses découvertes. Elle crée sa méthode et ses stages « Explorer l’En-chanté », en collaboration avec le pianiste Jérôme Madesclaire. Elle axe son travail essentiellement sur le groupe. On y apprend à respirer, à improviser, à utiliser ses cordes vocales, à partager les émotions intimes, à jouer de son corps comme d’un instrument.

La voix énergie
Organiste, chef de chœur et psychothérapeute, Jacques Bonhomme crée sa méthode en 1993, fondée sur onze « clefs » réparties sur tout le corps (clef thoracique, clef cervicale, clef faciale…). « Les explorer et les connaître, c’est être capable d’évaluer nos résistances, et de mettre du sens à ces résistances, explique-t-il. La voix utilise la totalité de l’instrument corps. C’est un véritable amplificateur d’émotions. »

Outre les chanteurs, les comédiens peuvent également en témoigner. Qu’ils soient au micro pour de la voix off, sur scène ou devant la caméra, leur voix utilise la totalité de leur  » instrument corps  » !

Source : psychologies.com

|

Publier un commentaire